BASE DE DONNÉES
            • Maso et Miso vont en bateau

              Anglais

            • Cinéaste(s) : Carole ROUSSOPOULOS - Ioana WIEDER - Delphine SEYRIG - Nadja RINGART
            • Date : 1976
            • Pays d'origine : France
            • Durée : 00:55:00
            • Format : 1 Pouce
            • Coloration : Noir & Blanc
            • Son : Sonore
            • Langue initiale : Français
            • +-
            • Résumé
            • Le collectif Les Insoumuses (Carole Roussopoulos, Delphine Seyrig, Ioana Wieder et Nadja Ringart) détournent de manière humoristique une émission de Bernard Pivot avec Françoise Giroud.

              "Le 30 décembre 1975, après avoir vu sur Antenne 2 l'émission de Bernard Pivot intitulée Encore un jour et l'Année de la femme, ouf ! C'est fini, nous avons éprouvé le besoin immense d'exprimer notre point de vue, de répondre…"
              Les réalisatrices.

              En 1975, à l’occasion de l’Année internationale de la Femme, Bernard Pivot invite Françoise Giroud, Secrétaire d'Etat à la condition féminine (1974-1976) à commenter cette année au cours d’une émission dont le titre est « L’année de la femme, ouf ! c’est fini. »
              Le principe de l’émission de Pivot est simple. Après avoir montré des interviews de plusieurs personnalités publiques : José Arthur, journaliste radio; Marcel Julian, PDG d’Antenne 2; Pierre Belemarre, journaliste Jaques Martin, animateur télé; Marc Féraud, couturier; Marc Linski, navigateur, Alexandre Sanguinetti; président de la chambre des députés, ou encore Christian Guy, chroniqueur gastronomique... il invite Françoise Giroud à commenter les propos tenus. Celle-ci voulant faire bonne figure se drape dans une attitude semi-mondaine, tentant de jouer sur l’humour pour fuir les questions.
              C’est ainsi que l’on entend Françoise Giroud dire à un Bernard Pivot étonné « Oui les femmes ont une attitude de persécutées. » Lorsque le navigateur Marc Linski évoque « cette gangue dont fait partie la femme à terre. » Françoise Giroud sourit finement et laisse tomber : « Vous savez, il y a des femmes qui aiment les misogynes ».
              À la fin de l’émission, Bernard Pivot demande à Françoise Giroud un dernier mot. Celle-ci hésite beaucoup, cherche ses mots « Comment dit-on déjà… » Puis lance fièrement « Le combat continue, camarade ! »

              Après avoir visionné et enregistré l’émission, Les Insoumuses, groupe de femmes féministes, décident d’en faire une parodie en vidéo tel un droit de réponse. Elles introduisent en contrepoint les pancartes de la manifestation du 8 mars 1975 contre l’instauration de l’année de la femme décidée par l’ONU : « Menu ONU, 1974 Faim, 1975 Femme, 1976 Fromage ou dessert ». Elles réagissent directement aux images et propos en intégrant leurs commentaires, leurs rires et des chansons, en réponse à certains passages.

              Les Insoumuses utilisent l’intégralité de l’émission et répondent avec un humour très caustique aux propos tenus tant par la ministre que par les invités de l’émission, pour la plupart des hommes misogynes choisis par Bernard Pivot. Comme les Insoumuses l’indiquent en fin de film, ce n’est pas Françoise Giroud en tant que personne qui les intéresse mais Françoise Giroud en tant que représentante du gouvernement, c’est-à-dire ici la ministre à la condition féminine. Des têtes de chapitres aux titres ironiques ponctuent le film : « Chapitre 10, Où Maso apprend à naviguer ou encore la galère ». Plus loin : « Le MLF se cache derrière Pivot » ou encore « Quand Maso tombe à l’eau ». De temps en temps, les quatre Insoumuses applaudissent avec ironie leur ministre.

              Pour clore l’émission, Bernard Pivot choisit la chanson de Jean Ferrat « La femme est l’avenir de l’homme », et les Insoumuses détournent les paroles originales et doublent le chanteur avec une voix féminine dénonçant l’exploitation des femmes.

              Un déroulant final porte une déclaration des Insoumuses indiquant :
              " Aucune femme ministre ne peut représenter les autres femmes au sein d’un gouvernement patriarcal. Elles ne peuvent qu’INCARNER LA CONDITION FEMININE oscillant entre le désir de plaire (féminisation : Maso) et le désir d’accéder au pouvoir (masculinisation : Miso) ».
              La dernière phrase de cette déclaration décrit parfaitement la démarche politique et l’exercice de création humoristique au ton ravageur auquel les Insoumises viennent de se livrer :
              « Aucune image de la TELEVISION ne peut nous incarner, c’est avec la VIDEO que nous nous raconterons. »
              --------------------
              “On 30 December 1975, after watching on Channel 2 Bernard Pivot’s program entitled “Women’s Year... thank goodness it’s over”, we had an overwhelming need to give our own point of view, to reply...” said the directors.
            • +-
            • Séquences
            • Tc inTc outDuréeDescription
              00:02:56:0000:03:34:0000:00:38:00Présentation de la vidéo - Musique extrait "Barcarolle" Les contes d'Hoffmann.
              00:03:34:0100:03:47:0000:00:12:24Carton - "Nous avons toujours pensé que le Secrétaire à la condition féminine et l'Année de la femme étaient une MYSTIFICATION." "En voici une PREUVE OFFICIELLE : ".
              00:03:47:0100:05:43:0000:01:55:24Plateau - Question de Bernard Pivot à Françoise Giroud "Qui dit Ouf, ce sont les hommes ou ce sont les femmes ?" Réponse de Françoise Giroud suivie d'une discussion.
              00:05:43:0100:06:13:0000:00:29:24Plateau - En décors, des photos des hommes français de l'Année de la femme, présentées par Bernard Pivot, dont "un gangster". Bernard Pivot "Vous savez, Gangster c'est une profession en pleine expansion, il s'appelle Willoquet". Françoise Giroud "Pour les femmes aussi j'vous signale, malheureusement.". Intervention des Insoumuses - Insert de carton "Hein ? Quoi ? Plait-il ?". En fond sonore, les répétitions des deux phrases "Vous savez Gangster c'est une profession en pleine expansion, il s'appelle Willoquet" "Pour les femmes aussi j'vous signale".
              00:06:13:0100:06:58:0000:00:44:24Françoise Giroud et les femmes écrivains. Plateau - Bernard Pivot "Aucun grand prix littéraire français n'a été décerné aux femmes". Françoise Giroud "La littérature, il y a très très très longtemps que les femmes ont fait leurs preuves qu'elles peuvent s'illustrer dans la littérature". Intervention des Insoumuses - Images d'archives N&B de Simone de Beauvoir. Elle raconte la réaction négative des hommes et les insultes lors de la sortie de son livre "Le deuxième sexe".
              00:06:58:0100:08:25:0000:01:26:24Françoise Giroud et les femmes qui se moquent de "l'Année de la femme". Plateau - Bernard Pivot "Vous savez qu'il y a des femmes qui se moquent de l'Année de la femme". Françoise Giroud "Ecoutez, ça c'est l'attitude des persécutés, vous savez bien, faut pas parler de nous, heu, ça va nous faire du tort, vous connaissiez bien cette antienne, on l'entend très souvent chez les persécutés.". Intervention des Insoumuses - Images d'archives N&B de femmes manifestant en chantant et marchant avec des banderoles lors de la marche contre l'Année de la femme, le 8 mars 1975. Alternances avec des inserts de gros plans fixes des slogans sur cartons de la manifestation. Répétition de l'image plateau avec les propos de Françoise Giroud.
              00:08:25:0100:10:21:0000:01:55:24Françoise Giroud et la misogynie de José Artur. 00:08:26:00 - 00:08:53:00 Plateau - Bernard Pivot présente à Françoise Giroud "un misogyne", José Artur. Françoise Giroud "Il n'est pas misogyne José Artur, je le connais bien". Intervention des Insoumuses - Répétitions de la phrase. 00:08:54:00 - 00:09:13:00 Images d'archives - N&B - Extrait de l'émission "Peplum", le magazine du théâtre de José Artur (comédien et homme de radio) diffusé sur Antenne 2. Propos sur le spectacle Ben-Hur donné au cirque Jean Richard. 00:09:14:00 - 00:10:21:00 Plateau - Bernard Pivot "Alors, vous seriez marié à ce misogyne là, heu, est-ce que, quel conseil pratique, heu, j'sais pas, vous voudriez donner aux femmes…". Françoise Giroud " Qui sont mariées avec un misogyne ? Ah mais je crois qu’elles aiment ça.…". Discussion. Intervention des Insoumuses - Insert carton "bis !". Puis reprise de la scène précédente alternée avec un insert carton "AVIS AUX FEMMES BATTUES !" et une image fixe N&B, du livre de Françoise Giroud "Si je mens…" aux éditions "Le LIVRE de POCHE".
              00:10:21:0100:15:02:0000:04:40:24Françoise Giroud et les propos misogynes de Marcel Julian, Pierre Bellemare et Jacques Martin. 00:10:22:00 - 00:10:44:00 Plateau - Présentation de Bernard Pivot de trois autres misogynes de la radio et de la télévision : le président d'Antenne 2 Marcel Jullian, Pierre Bellemare et Jacques Martin. 00:10:45:00 - 00:12:20:00 Images d'archives - N&B - Interview de Marcel Julian par Anne Sinclair. Images de Dominique Page. Anne Sinclair "J’ai entre les mains une photo édifiante de vos collaborateurs. Vous êtes entouré de 18 hommes et il y a une seule femme. Alors c’est une proportion qui vous paraît juste ? Réponse de Marcel Julian "Non. Parce que ce n’était pas prévu du tout qu’il y ait une femme. Je me demande encore qui c’est…" … Intervention des Insoumuses - Inserts carton à plusieurs reprises "Nous demandons la DEMISSION du P.D.G. d'Antenne 2 !". 00:12:21:00 - 00:14:36:00 Images d'archives - N&B - Interview de Pierre Bellemare par Anne Sinclair. Images de Dominique Page. Pierre Bellemare "Il y a quelques animatrices. Ca ne me semble pas totalement un métier féminin." Intervention des insoumuses - Insert carton "PAS totalement UN METIER de juif, de noir ou d’arabe". Intervention des insoumuses aux autres propos de Pierre Bellemare par différents inserts carton. 00:14:37:00 - 00:14:45:00 Images d'archives - N&B - Début d'interview de Jacques Martin par Anne Sinclair. Images de Dominique Page. Intervention des Insoumuses - Insert carton "Ah NON, ça SUFFIT !" et coupure de l'interview. 00:14:46:00 - 00:15:02:00 Plateau - Suite au visionnage des interviews, réaction de Françoise Giroud alternée avec les interventions des Insoumuses par des inserts de cartons et des répétitions en image des propos. Bernard Pivot "Donc c’est la femme que vous préférez là ? Parmi les 4 personnages que nous avons vu c’est uniquement la femme ?" réponse de Françoise Giroud "Ah écoutez pour le côté esthétique, la question ne se pose pas. "
              00:15:02:0100:16:40:0000:01:37:24Françoise Giroud et les femmes chirurgiennes. 00:15:03:00 - 00:15:22:00 Plateau - Bernard Pivot présente à Françoise Giroud, un film réalisé par Josée Dayan au sujet des femmes chirurgiennes. Françoise giroud "C’est un métier physiquement très dur.". Intervention des Insoumuses par des inserts cartons "Elle dit : "…métier physiquement très dur…"". 00:15:23:00 - 00:16:04:00 Images d'archives - N&B - Fiction de Josée Dayan. 00:16:05:00 - 00:16:40:00 Plateau - Bernard Pivot "Oui, bon je sais pas si les téléspectateurs ont entendu, le monsieur criait : «non pas une femme, pas une femme»". Répétition. Intervention des Insoumuses - Insert carton "Elle a très bien entendu ! Elle [n’] est pas sourde ! Elle est maso !"
              00:16:40:0100:17:17:0000:00:36:24Carton - "Chapitre X, où MASO APPREND à NAVIGUER ou encore : LA GALERE" Musique extrait "Barcarolle" Les contes d'Hoffmann.
              00:17:17:0100:20:43:0000:03:25:24Françoise Giroud et les propos misogynes de Marc Linski (Marine à voile). 00:17:18:00 - 00:17:34:00 Plateau - Présentation par Bernard Pivot "d'un autre fieffé miso" de la marine à voile, Marc Linski. 00:17:35:00 - 00:21:58:00 Images d'archives - N&B - Interview de Marc Linski par Gilles Lambert au moment de la publication de son livre "La voile sauvage". Images de Dominique Page. Marc Linski "Des hommes arrivent, avec leurs femmes sur la panne, qui les accompagne. Et on sent qu’ils ont envie de monter à bord tout de suite, très vite."…"Ils viennent un peu, ils affrontent la haute mer, ils sont débarrassé de toute cette gangue dont fait partie la femme à terre."…"Et souvent, on a des problèmes quand y’a une femme à bord qui sème la panique." 00:20:18:00 - 00:20:43:00 Plateau - Françoise Giroud "Ah celui-là c’est un pur, il est merveilleux" Intervention des Insoumuses - Insert carton avec un jeu de case à cocher. Suite de la discussion et des interventions des Insoumuses par des répétitions de propos en images, des inserts en ardoise et un montage sonore.
              00:20:43:0100:24:53:0000:04:09:24Françoise Giroud et les propos misogynes de Louis Feraud (Haute couture). 00:21:59:00 - 00:22:16:00 Plateau - Présentation par Bernard Pivot d' "un autre fieffé miso", Louis Feraud de la haute couture. 00:22:17:00 - 00:23:29:00 Images d'archives - N&B - Interview de Louis Feraud. ITW "Bonjour, est-ce que c’est difficile de travailler constamment avec des femmes ?" Louis Feraud "Euh je crois que oui. C’est ce qui explique que dans mon métier y’a pas tellement de gars qui aiment les femmes." Intervention des Insoumuses - Insert carton "Qui baisent aiment les femmes". Louis Feraud "En dehors de… moi.". Suite de l'interview. 00:23:30:00 - 00:24:42:00 Intervention des Insoumuses - Insert carton "AVERTISSEMENT - Nous ne sommes pas responsables du choc que pourrait procurer aux oreilles sensibles la réponse de notre SECRETAIRE… Plateau - Françoise Giroud "Ce n’est pas du tout un langage de misogyne ça." Discussion avec intervention des Insoumuses par insert carton et répétition en image de propos. 00:24:42:00 - 00:24:53:00 Plan demi-ensemble - N&B - Les insoumuses chantent dans leur salle de montage "Tout va très bien, Madame le Ministre, tout va très bien, tout va très bien, param pam pam…"
              00:24:53:0100:27:30:0000:02:36:24Françoise Giroud et les femmes dans les métiers de la télévision. 00:24:54:00 - 00:26:51:00 Plateau - Pésentation par Bernard Pivot de 3 cadreuses de l'émission et la réalisatrice Agnès Delarive "Ici vraiment, nous ne sommes pas misogynes."…"Je sais pas si on dit cadreur femme ou cadreuse.". Bernard Pivot "Est-ce que… c’est plutôt un métier d’homme, comment se fait il que vous, vous soyez parvenue à…" Agnes Delarive "Je ne pense pas qu’il y ait particulièrement des métiers d’hommes ou des métiers de femmes. Y’a des métiers qu’on apprend à faire, qu’on soit un homme ou une femme on essaie de le faire bien.". Bernard Pivot " Hum hum… Et Madame le Ministre, si je dis qu’Agnès Delarive non seulement est une excellente professionnelle, une excellente réalisatrice, et si je dis qu’en plus elle est très belle…"… "Est-ce que c’est une phrase misogyne ? Françoise Giroud "Non mais pas du tout." Intervention des Insoumuses - Insert carton "C’est une phrase misogyne." Suite de la discussion avec interventions de Insoumuses. 00:26:52:00 - 00:27:30:00 Plateau - Françoise Giroud raconte l'histoire de Littré. Intervention des Insoumuses avec des inserts carton et répétition plateau pour le fond sonore.
              00:27:30:0100:33:54:0000:06:23:24Françoise Giroud et la chanson de Mistinguette "Mon homme". 00:27:31:00 - 00:27:58:00 Plateau - Bernard Pivot présente un double disque intitulé "1975, l’année des femmes". 00:27:59:00 - 00:28:09:00 Carton - Chapitre XXI où LE M.L.F. Contraint, forcé, violé, humilié par F. Giroud se cache derrière Bernard Pivot… 00:28:10:00 - 00:32:16:00 Plateau - Présentation par Benard Pivot de la chanson "Mon Homme" de Mistinguette, interprétée en direct par Marie-Thérèse Aurin et accompagnée au piano par Jean Bertola. Intervention des Insoumuses avec inserts carton et répétition en image de propos. Bernard Pivot "Stop. Non parce que là y’a vraiment des phrases qui doivent vous indigner, Madame la Ministre ?" Intervention des Insoumuses - Insert carton "INDIGNEE ?? LA SECRETAIRE ?? NON !" Françoise Giroud "C’est une chanson d’amour." Suite de la séquence à propos de la chanson avec la version de Françoise Giroud et les interventions des Insoumuses. Image d'archives - N&B - Journal L'Express "Le choc d'Histoire d'O". 00:32:17:00 - 00:32:41:00 Carton - Chapitre XXVI où il est démontré que quand Miso et Maso vont en bateau, c'est Maso qui tombe à l'eau… Musique extrait "Barcarolle" Les contes d'Hoffmann. 00:32:42:00 - 00:33:54:00 Plateau - Suite de la conversation à propos de la chanson de Mistinguette avec les interventions des Insoumuses. Françoise Giroud "Des coups, ça ne veut pas dire qu’il la passe par la fenêtre, quand même.". Bernard Pivot "Qu’est ce que vous appelez des coups, Madame la Ministre ?".
              00:33:54:0100:38:20:0000:04:25:24Françoise Giroud et la Femme-objet. 00:33:55:00 - 00:33:57:00 Carton - "Chapitre XXXI Où MASO prend un bouillon de CULTure…". 00:33:58:00 - 00:35:08:00 Plateau - Monsieur Chapelan dit un poème. Discussion et interventions des Insoumuses. 00:35:09:00 - 00:36:25:00 Plateau - Sujet sur la Femme-objet. Images d'archives - Une photographe de femme nue et "Vicky(ie)", un model pour la photographie de nu est interviewée par Gilles Lambert sur la difficulté du métier, du voyeurisme, des réaction de l'entourage. 00:35:26:00 - 00:38:20:00 Plateau - Bernard Pivot "Finalement les censeurs, semble-t-il, ce sont les femmes plutôt, les femmes des amis. Vous avez remarqué ?" Françoise Giroud "Les femmes des amis… Oui, enfin là je pense que ça obéit à un tout autre sentiment, non ?". Intervention des Insoumuses - Insert carton "Quel Sentiment ?". Françoise Giroud donne son point de vue sur l'érotisme. Citation de deux vers de Paul Valéry "Ni vu, ni connu, le temps d’un sein nu entre deux chemises". Interventions des Insoumuses. Image d'archives - N&B - Journal L'Express "Le choc d'Histoire d'O".
              00:38:20:0100:39:43:0000:01:22:24Plateau - Monsieur Chaplan fait une critique de la description des organes génitaux des femmes dans le Larousse. Intervention des Insoumuses - Insert carton "MISO vient de donner la seule information de la soirée sur la condition féminine". Réaction de Françoise Giroud.
              00:39:43:0100:44:20:0000:04:36:24Françoise Giroud et les propos misogynes de Christian Guy à propos du métier de cuisinier(e). 00:39:44:00 - 00:39:54:00 Plateau - Un autre "fieffé miso", le chroniqueur gastronomique Christian Guy, présenté par Bernard Pivot, invité sur le sur le plateau. Les femmes sont-elles meilleures cuisinières que les hommes ? 00:39:55:00 - 00:40:10:00 Carton - "Chapitre XXXV …trempe ton pain Maso, trempe ton pain dans la soupe…" Musique extrait "Barcarolle" Les contes d'Hoffmann. 00:40:11:00 - 00:44:20:00 Plateau - Christian Guy "Non, les femmes ne font pas LA cuisine, elles font DE LA cuisine, mais elles ne font pas LA cuisine.". Intervention des Insoumuses - Insert carton "RASSUREZ VOUS MES SŒURS ! NOTRE SECRETAIRE VA EXPLIQUER…" "LES HOMMES font : la cuisine RENTABLE LES FEMMES font de la cuisine GRATUITE" Avec un billet de 500 francs qui tombe devant le carton. Suite du discours misogyne de Christian Guy avec les interventions des autres invités et la réponse de Françoise Giroud. Interventions des Isoumuses avec arrêt sur image, commentaires audios des Insoumuses et des inserts carton.
              00:44:20:0100:49:25:0000:05:04:24Françoise Giroud et les propos misogynes de Alexandre Sanguinetti. 00:44:21:00 - 00:44:40:00 Plateau - Un autre "fieffé miso", Alexandre Sanguinetti interviewé par Anne Sinclair. 00:44:41:00 - 00:47:25:00 Images d'archives - N&B Extraits de propos - Alexandre Sanguinetti "Les vrais problèmes de la femme se posent dans les sociétés non-européennes."…"Les hommes se contentaient d’être des hommes sans se poser de problèmes. Ce sont les femmes qui se sont posées des problèmes.". Intervention des Insoumuses avec des inserts carton, montage et un extrait de chanson "C'est vrai". 00:47:26:00 - 00:49:25:00 Plateau - Bernard Pivot demande un commentaire de Françoise Giroud. Intervention des Insoumuses - Insert carton "Une ou Deux Femmes Espèrent encore" "Tant de réponses étaient possibles…" "Leur Secrétaire va-t-elle réagir ?". Musique - "Also sprach Zarathustra" Richard Strauss. Plateau - Commentaire de Françoise Giroud. Extrait "Je trouve qu’il y a des choses très drôles dans ce que dit Monsieur Sanguinetti et il y a des choses très justes aussi.". Interventions des Insoumuses.
              00:49:25:0100:53:54:0000:04:28:24Françoise Giroud et le machisme du personnage joué par John Wayne dans le film "l'homme tranquille" de John Ford. 00:49:26:00 - 00:49:42:00 Plateau - Présentation d'un extrait de "L'Homme tranquille" de John Ford avec John Wayne et Maureen O'Hara. Bernard Pivot "Et ça va vous paraître encore beaucoup plus drôle si, à la place de John Wayne vous imaginez Alexandre Sanguinetti." Intervention des Insoumuses - Insert carton "A LA PLACE de Maureen O’Hara… La Secrétaire d’Etat à la Condition Féminine…". 00:39:43:00 - 00:51:32:00 Images d'archives - N&B - John Wayne maltraite Maureen O'Hara en la traînant par le poignet durant une longue marche, suivis par une petite foule de gens. Il finit par l'envoyer à terre en disant "Vous pouvez garder votre sœur. Ce sont vos coutumes paraît-il.". L'extrait de film est interrompu par quelques interventions des Insoumuses. 00:49:43:00 - 00:53:54:00 Plateau - commentaire de Bernard Pivot interrompu par un insert carton des Insoumuses. Musique - Thème de la "20th Century FOX". Françoise Giroud - Extrait "Mais si j’ai bien compris, c’est son frère qui l’a traite comme ça. Ah oui c’est intéressant, ils ont une relation un peu différente." Suite de la discussion plateau avec les autres invités et les interventions des Insoumuses.
              00:53:54:0100:54:35:0000:00:40:24Les derniers mots de Françoise Giroud. Plateau - Pour la fin de l'émission Bernard Pivot donne le dernier mot à Françoise Giroud. Intervention des Insoumuses. Françoise Giroud "Le combat continue, camarades.". Musiques - Extrait de "L'International" et thème de la "20th Century FOX". Fin de l'émission sur la chanson de Jean Ferrat "La femme est l'avenir de l'homme" doublé par les Insoumuses.
              00:54:35:0100:55:35:0000:00:59:24Générique
              00:55:35:0100:56:26:0000:00:50:24Fin de la chanson de Jean Ferrat "La femme est l'avenir de l'homme" doublé par les Insoumuses.
              00:56:26:0100:57:40:0000:01:13:24Carton - "Notre propos n’est pas de commenter la personne de Françoise Giroud, ni de savoir si une autre femme aurait fait mieux ou moins bien à sa place. Notre propos est de montrer qu’aucune femme ne peut représenter les autres femmes au sein d’un gouvernement patriarcal, quel qu’il soit. Elle ne peut qu’INCARNER LA CONDITION FEMININE, oscillant entre la nécessité de plaire (féminisation – Maso) et le désir d’accéder au pouvoir (masculinisation – Miso). Quant aux reformes proposées par F. Giroud, elles peuvent être proposées DIRECTEMENT par les ministères concernés (Travail, Santé, Justice etc…). Aucune image de la TELEVISION ne veut ni ne peut nous refléter. C’est avec la vidéo que NOUS NOUS RACONTERONS. Carole, Delphine, Ioana, Nadja".
            • +-
            • Biographie cinéaste
            • Carole ROUSSOPOULOS

              Née en 1945, Carole Roussopoulos passe son enfance à Sion, avant de partir étudier à Lausanne. En 1967, elle quitte la Suisse pour Paris, où elle rencontre son futur mari, Paul Roussopoulos, avec lequel elle fonde le collectif militant « Video Out ». En 1970, sur les conseils de son ami Jean Genet, elle investit dans la première caméra portative : la fameuse Portapak lancée par Sony, et réalise son premier film « Genet parle d’Angela Davis ». C’est le début d’une importante production de films. Militante féministe, Carole Roussopoulos filme les femmes en action dans ces années de luttes : les prostituées de Lyon, les manifestations pour l’avortement, les débats autour du viol, etc. Elle est de tous les combats et accompagne les nouveaux mouvements sociaux qui émergent dans la foulée de Mai 68 : les LIP, le F.H.A.R., le droit des immigrés, etc. En 1982, elle fonde le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder, premier centre d’archives audiovisuelles féministe, mais n’abandonne pas pour autant la vidéo. Toujours soucieuse de donner la parole aux opprimé-e-s et aux oublié-e-s, elle défriche des sujets jusqu’alors ignorés : viol conjugal, excision, handicap, exclusion.
              Elle meurt le 22 octobre 2009, laissant derrière elle une œuvre colossale de plus de cent films.

              Ioana WIEDER

              Traductrice et réalisatrice, Ioana Wieder naît à Bucarest avant de migrer en Palestine, au Liban (ou elle rencontre Delphine Seyrig à l’âge de sept ans), puis en France où elle est naturalisé en 1957. Par la suite, elle déménage aux Etats-Unis, s’engage au sein du mouvement « Free Speech » et découvre « The feminine Mystique » de Betty Friedman. De retour en France en 1968, Ioana Wieder enseigne et fait des traductions, notamment le « Vaginal Politics » d’Ellen Frankfort. Elle rejoint les mouvements féministes, participe aux A.G du M.LF, et se passionne pour la vidéo avec son amie Delphine Seyrig. En 1975, les deux femmes rencontrent Carole Roussopoulos avec laquelle elles forment le collectif des Insoumuses et réalisent plusieurs documentaires, dont le très humoristique « Maso et Miso vont en bateau » en 1976. Parallèlement, elle réalise ses propres films, dont « Où est-ce qu’on se mai ? » en 1976 et « Accouche » en 1977.
              Fondatrice du Centre audiovisuel Simone de Beauvoir au côté de Delphine Seyrig et Carole Roussopoulos, Ioana Wieder en devient la présidente après la mort de Delphine Seyrig jusqu’en 1993.

              Delphine SEYRIG

              Née en 1932 à Beyrouth, Delphine Seyrig passe son enfance entre le Moyen-Orient et les Etats-Unis. En 1952 elle commence une carrière de comédienne en France, puis, s’envole pour New York afin de parfaire sa formation à l’Actor Studio. Après un premier long métrage « Pull my Daisy » en 1959, Delphine Seyrig tourne successivement avec Alain Resnais, François Truffaut, Luis Bunuel, Jacques Demy, Chantal Akerman dans les années 1960-1970. Parallèlement à sa carrière d’actrice, Delphine Seyrig rejoint les mouvements féministes qui se forment après Mai 68, et milite pour le droit à l’avortement. En 1971, elle est l’une des signataires du manifeste des 343. Dans le même temps, elle découvre la vidéo auprès de Carole Roussopoulos avec laquelle elle réalise entre autre « S.C.U.M Manifesto » en 1976 d’après le pamphlet de Valérie Solanas. La même année elle tourne « Sois belle et tais-toi ! », une plongée au cœur du sexisme qui règne au sein du milieu cinématographique.
              Avec ses complices Ioana Wieder et Carole Roussopoulos, elle créée en 1982 le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir, dont elle devient la présidente, jusqu’à sa mort en 1990.

    Aide à la recherche

    Pour toute demande de devis, achat de droits, location, n'hésitez pas à contacter
    doc@centre-simone-de-beauvoir.com

    Powered by diasite
    Designed by diateam