BASE DE DONNÉES
            • Grève à Jeune Afrique

            • Cinéaste(s) : Carole ROUSSOPOULOS - Paul ROUSSOPOULOS
            • Date : 1972
            • Pays d'origine : France
            • Durée : 00:20:54
            • Format : 1 Pouce
            • Coloration : Noir & Blanc
            • Son : Sonore
            • Langue initiale : Français
            • +-
            • Résumé
            • "Au terme de deux mois d'une grève très dure, accompagnée d'une occupation des locaux, jour et nuit, les travailleurs de Jeune Afrique sont victimes d'un arrêté du tribunal des Référés qui autorise leur PDG, Bechir Ben Yahmed, à les faire chasser par la police. En cas de résistance ils risquaient de tomber sous le coup de la loi anti casseurs. Afin d'éviter aux camarades africains une probable expulsion du territoire français, les grévistes décident de partir. Mais avant de quitter les lieux ils organisent une manifestation de solidarité avec une centaines de journalistes de la presse traditionnelle et de la presse révolutionnaire. En voici des images. Cette manifestation s'est terminée par l'occupation temporaire des locaux provisoires dans lesquels Ben Yahmed s'était réfugié avec les jaunes. Ce film retrace cette grève exemplaire qui a été trahie par un syndicat". Voilà ce qu'on peut lire un déroulant du film.
              Cette oeuvre retrace l'histoire du journal Jeune Afrique. Elles donnent la parole à ceux qui dénoncent ce journal, estimant qu'il ne s'intéresse pas aux travailleurs, et qu'il n'est pas assez politique pour que les travailleurs puissent avoir envie de le lire. Les grévistes manifestent et distribuent des tracts dans les rues, avant la fin brutale du conflit.
              -------------------------
              The workers of "Jeune Afrique" are going to be deported. A very hard strike begins, and for two months, the premises are occupied. They organize a solidarity demonstration, with the participation of hundred of journalists.

            • +-
            • Biographie cinéaste
            • Carole ROUSSOPOULOS

              Née en 1945, Carole Roussopoulos passe son enfance à Sion, avant de partir étudier à Lausanne. En 1967, elle quitte la Suisse pour Paris, où elle rencontre son futur mari, Paul Roussopoulos, avec lequel elle fonde le collectif militant « Video Out ». En 1970, sur les conseils de son ami Jean Genet, elle investit dans la première caméra portative : la fameuse Portapak lancée par Sony, et réalise son premier film « Genet parle d’Angela Davis ». C’est le début d’une importante production de films. Militante féministe, Carole Roussopoulos filme les femmes en action dans ces années de luttes : les prostituées de Lyon, les manifestations pour l’avortement, les débats autour du viol, etc. Elle est de tous les combats et accompagne les nouveaux mouvements sociaux qui émergent dans la foulée de Mai 68 : les LIP, le F.H.A.R., le droit des immigrés, etc. En 1982, elle fonde le Centre audiovisuel Simone de Beauvoir avec Delphine Seyrig et Ioana Wieder, premier centre d’archives audiovisuelles féministe, mais n’abandonne pas pour autant la vidéo. Toujours soucieuse de donner la parole aux opprimé-e-s et aux oublié-e-s, elle défriche des sujets jusqu’alors ignorés : viol conjugal, excision, handicap, exclusion.
              Elle meurt le 22 octobre 2009, laissant derrière elle une œuvre colossale de plus de cent films.

    Aide à la recherche

    Pour toute demande de devis, achat de droits, location, n'hésitez pas à contacter
    doc@centre-simone-de-beauvoir.com

    Powered by diasite
    Designed by diateam